English Russian Italian German Dutch Spanish French Finnish Swedish
Phone/fax:
+372 698 74 66

Construction de réservoirs de stockage

Ordonner

La construction du réservoir de stockage doit être effectuée conformément au plan de conception détaillé de la charpente métallique et au plan d'exécution des travaux. Le plan d'exécution des travaux est le document technologique de base au cours de l'installation du réservoir d'huile.

La zone du chantier doit être aménagée conformément à l'aménagement général et doit comprendre des zones de fonctionnement et de déplacement des engins de manutention, des zones de stockage, des routes pionnières (temporaires), des locaux nécessaires et des systèmes de services publics (électricité, eau, installations de communication) , moyens de lutte contre l'incendie.

Avant la construction d'un réservoir de stockage, tous les travaux liés à l'aménagement du sous-sol et des fondations doivent être achevés. L'acceptation du sous-sol et de la fondation est faite par le client qui commande avec les représentants de l'entreprise de construction et de l'installateur, qui participent également. L'acceptation du sous-sol et de la fondation finis est fixée dans le document correspondant (certificat / acte d'acceptation).

1. Plan d'exécution des travaux

Les travaux de soudage et d'assemblage sont effectués sur la base du plan d'exécution des travaux pour la construction du réservoir de stockage de pétrole. Il s'agit du document technologique de base, élaboré par une organisation de conception technique spécialisée sur la base d'un projet de charpentes métalliques.

Le plan d'exécution des travaux doit comprendre et fournir:

  • Plan directeur du chantier précisant les équipements de manutention et son positionnement;
  • Description des procédures, visant à fournir la précision d'assemblage nécessaire et la stabilité de l'espace des éléments du réservoir au cours de l'assemblage supérieur et de l'installation à la position du projet;
  • Mesures, fournissant la capacité portante des éléments de construction au cours de la construction du réservoir de stockage;
  • Exigences relatives à la qualité des travaux de soudage et d'assemblage pour chaque procédure de construction d'un réservoir de stockage d'huile;
  • Types et portée des mesures de contrôle pour l'érection du réservoir de stockage;
  • L'ordre des procédures d'essai des réservoirs;
  • Règlements de sécurité et normes de protection du travail;
  • Exigences de protection de l'environnement.

Le plan d'exécution des travaux définit l'ordre d'installation des éléments du réservoir d'huile, y compris l'utilisation des installations et équipements spéciaux. Le projet prévoit également des mesures visant à fournir la précision géométrique requise des armatures de réservoir et à réduire le processus de déformation résultant de la perte de retrait des cordons de soudure.

Les normes technologiques pour le soudage, incluses dans le plan d'exécution des travaux, devraient stipuler:

  • Exigences pour la préparation des bords pour le soudage;
  • Exigences relatives à l'assemblage des joints pour le soudage;
  • Méthodes et régimes de soudage;
  • Matériaux de soudage;
  • L'ordre des procédures;
  • L'ordre des passes de soudage et le soudage des joints;
  • Exigences de chauffage des jonctions en fonction de la température de l'air et du rythme de leur refroidissement;
  • La nécessité d'un capot de protection dans la zone de soudage;
  • La nécessité d'un traitement thermique après soudage de la jonction;
  • Équipement et installations technologiques nécessaires pour la construction de réservoirs de stockage de pétrole;
  • Méthodes et étendue du contrôle des cordons de soudure.
  • Le registre du contrôle opérationnel doit être considéré comme la partie essentielle du plan d'exécution des travaux, car il définit les exigences de contrôle de la qualité des procédures de soudage et d'assemblage.

2. Soudage et autres procédures de construction des réservoirs de stockage

2.1. Exigences générales pour le soudage

Au cours de la construction d'un réservoir de stockage, ainsi que lors de la fabrication, les méthodes de soudage à l'arc électrique sont utilisées de l'une des manières suivantes:

  • Soudage à l'arc mécanisé par électrode consommable dans le gaz de protection;
  • Soudage à l'arc submergé automatique;
  • Soudage à l'arc mécanisé avec fil fourré auto-pincant;
  • Soudage à l'arc mécanisé avec un fil fourré auto-clinchant dans un gaz de protection;
  • Soudage manuel à l'arc.

Le soudage est effectué en cours d'installation conformément au plan d'exécution des travaux stipulant ce qui suit:

  • Les méthodes les plus efficaces pour organiser les joints d'assemblage;
  • Matériaux de soudage;
  • La forme de préparation des éléments soudés;
  • Régimes technologiques de soudage;
  • Équipements et installations technologiques nécessaires;
  • Conditions climatiques pour l'exécution des travaux.

Le coefficient de forme de la couture accumulée (passe) doit tomber dans les limites comprises entre 1,3 et 2,0. Il est autorisé de faire des cordons de soudure en pointillés en un seul passage dans les joints des éléments du réservoir qui n'affectent pas l'étanchéité.

Les éléments technologiques temporaires, soudés au réservoir au cours de la production et de l'assemblage, doivent être retirés sans aucune force d'impact sur les éléments du réservoir. Les résidus des cordons de soudure sont raclés à ras du métal-mère.

2.2. L'ordre de construction des réservoirs de stockage

Une organisation correcte du travail et de l'ordre des opérations de soudage et d'assemblage est essentielle en raison des grandes dimensions des réservoirs et des longs joints de soudage. Une installation de cuve correctement réalisée permet de réduire au minimum la contrainte résiduelle, due au retrait des soudures, et d'éviter la déformation des tôles.

L'ordre de construction du réservoir est le suivant:

  1. Assemblage du fond
  2. Montage mural
  3. Assemblage et soudage de la charpente et du platelage
  4. Installation de trappes et de tuyaux de dérivation
  5. Hydro-test
  6. Connexion de tuyau.

 

 

3. Ensemble de fond de réservoir

3.1. Méthode d'installation plaque par plaque

Installation au fond du réservoir de stockage (plaque par plaque)

Si le fond est fourni par le producteur en plaques, il est assemblé de la manière suivante:

Il y a des bûches de 1 mètre de long avec une section transversale rectangulaire ou semi-circulaire, disposées en carrés sur la fondation installée et acceptée (photo 14), la section transversale est de 0,1 × 0,1 m. La rangée supérieure des carrés est préférable de faire des bûches de 1,2 à 1,3 mètres. La hauteur des carrés est égale à 0,8 m, pour assurer la possibilité de souder les joints d'écoulement et de tarer le fond. Les lignes médianes des carrés doivent être situées à au plus 3 mètres de distance les unes des autres, tandis que la distance entre les lignes médianes des rangées des carrés doit être deux fois plus grande que la largeur des feuilles moins deux largeurs des coutures inférieures. mise en forme. Des planches (planches) sont posées le long des carrés, le fond y est installé.

Les deux éléments de la bague segmentaire inférieure avec la première bague soudée de la coque et la partie centrale sont assemblés et soudés indépendamment. Le joint de soudage, les reliant entre eux, - le joint dit «d'expansion» - n'est soudé qu'après l'installation complète de chaque élément séparé.

L'assemblage de la partie centrale du fond commence par la ligne (zone) traversant le centre du sous-sol du réservoir. Ensuite, toutes les feuilles inférieures du fond sont assemblées dans la direction du centre vers les bords. Les soudures bout à bout des feuilles sont clouées dans 6-7 positions, les pointes d'extrémité sont situées à une distance de 50 mm des bords et sont affleurantes. Les joints bout à bout sont soudés après assemblage de toute la bande. Les extrémités des joints de 50 mm sont soudées à fleur pour assurer le contact étanche entre les bandes supérieure et inférieure. Une fois les bandes inférieures soudées, les bandes supérieures sont assemblées et soudées de la même manière. Le chevauchement entre les bandes ne doit pas être inférieur à 50 mm.

L'assemblage de la partie centrale du fond est commencé à partir des bandes centrales. Ils sont superposés et assemblés sur des soudures par points, situés à la fois en haut et en bas des deux côtés de la pièce tous les 250-300 mm dans la direction du centre vers les bords des bandes. Pour assurer l'ajustement des bandes de la partie centrale du fond, les bords des feuilles d'extrémité sont laissés sans clous à la longueur de 750-800 mm au cours de la jonction du fond avec l'anneau segmentaire.

Le soudage des bandes se fait avec la couture de chevauchement du milieu de la bande à ses bords, en utilisant la procédure de backstep avec une longueur de pas de 200-250 mm. Au début, tous les joints supérieurs se chevauchent sont soudés, puis les joints supérieurs inférieurs sont soudés par la suite. Après cela, les joints bout à bout des bandes sont soudés à l'arrière par une soudure en hauteur.

Les feuilles segmentaires des bords sont assemblées sur 10 à 12 supports, placés le long du périmètre du sous-sol. L'anneau segmentaire est assemblé de manière à placer les deux joints aboutés sur la ligne centrale de la bande centrale et à garantir que le jeu entre les éléments de l'anneau ne dépasse pas 3-4 mm. Après un contrôle approfondi des paramètres horizontaux de l'anneau segmentaire, les soudures bout à bout sont collées aux extrémités des joints; l'intérieur est laissé sans clous afin d'avoir la possibilité de niveler l'anneau segmentaire en position strictement horizontale en cas de distorsion au cours des procédures de soudage.

Avant l'assemblage du joint d'angle inférieur, il est important de souder les parties des joints bout à bout des segments, sur lesquels le joint d'angle est placé. Le soudage se fait en deux couches, la mise au rebut des scories et le soudage des coutures aériennes. Les perles sont découpées avec un burin à copeaux affleurant à la surface des feuilles de l'anneau segmentaire.

Après que deux lignes directrices circulaires ont été tracées sur l'anneau segmentaire, qui correspondent aux diamètres intérieur et extérieur de l'angle de circonférence, la première section d'angle est installée et soudée par pointage. Le virement est effectué le long du périmètre du cercle extérieur, du centre de l'angle aux extrémités, tous les 500 à 600 mm dans des zones de 30 à 40 mm de long. Les extrémités de la section d'angle sont laissées sans clous à la longueur de 600-700 mm pour assurer la possibilité de réglage facile des autres pièces. Les autres sections d'angle sont assemblées des deux côtés de la première. Ils sont installés avec un chevauchement de 3 mm, après quoi ils sont soudés bout à bout. Ensuite, les sections attachées sont ajustées par les lignes directrices avec des punaises à l'anneau segmentaire des joints bout à bout aux extrémités libres. La dernière section, d'une longueur d'au moins 1 m, est ajustée et coupée sur place. Le panneau vertical de l'angle doit être strictement perpendiculaire à l'anneau segmentaire. La première feuille du premier anneau est installée sur l'anneau segmentaire en position strictement verticale après avoir ébréché les bords dans les coins inférieurs à la hauteur du bloc d'angle et à 1 mm de profondeur pour permettre au joint bout à bout d'être ensuite soudé au panneau vertical de le bloc d'angle. La première feuille est soudée par pointage à la fois à l'anneau segmentaire et à l'angle en damier du milieu de la feuille aux bords tous les 400 à 600 mm dans les zones de 40 à 50 mm de long. Les extrémités de la première feuille sont laissées sans clous à la longueur de 600-700 mm pour assurer la possibilité d'un réglage facile des autres feuilles. Les autres feuilles de la première bague sont installées des deux côtés de la première feuille avec un jeu de 2-3 mm entre les feuilles et la connexion des bords. Le soudage par pointage est commencé à partir du joint bout à bout avec la première feuille, les punaises sont faites dans 4 à 6 positions, chacune de 60 à 75 mm de long. Ensuite, le soudage par point se fait le long du bord inférieur des feuilles, des joints bout à bout soudés par point jusqu'aux extrémités libres. La feuille finale du premier anneau est ajustée et coupée sur place.

Le soudage du fond, ainsi assemblé, et du premier anneau de cuve se fait dans l'ordre suivant:

  1. Tous les joints du premier anneau sont soudés à une hauteur de 200-300 mm de l'anneau segmentaire et à 50 mm du bord dans la partie supérieure, au ras de la surface des feuilles pour assurer le contact serré des feuilles du deuxième anneau dans le déroulement de l'installation successive.
  2. Toutes les coutures circulaires sont soudées: le premier anneau est soudé à l'anneau segmentaire par double couture, après quoi l'angle de circonférence est soudé par couture simple: d'abord à l'anneau segmentaire, puis au premier anneau du réservoir.
  3. Les joints bout à bout des éléments annulaires segmentaires sont vérifiés et dégagés (si nécessaire) pour éliminer les ondulations et pour installer des espaces de 3-4 mm, après quoi les joints bout à bout sont soudés avec un contre-soudage aérien et renforcés avec des sangles en tôle d'acier 8-10 mm d'épaisseur. En même temps, les joints bout à bout de l'angle de circonférence sont renforcés par une goupille de soudage en acier d'angle.

Avant de souder la partie centrale du fond avec le bord segmenté, les bords des joints des bandes inférieures sont planifiés, coupés avec un espace de 2-3 mm, cloués puis soudés avec un contre-soudage aérien. Ensuite, les extrémités des bandes supérieures sont prévues, coupées avec un chevauchement d'au moins 30 mm, soudées par points au niveau des longs bords parallèles d'abord, puis à l'anneau segmentaire. Le soudage se fait dans le même ordre que le virement. Les opérations de soudage aux points de croisement des coutures ne doivent être effectuées que par des soudeurs hautement professionnels.

3.2. Assemblage des fonds enroulés

Assemblage des fonds enroulés

Les fonds des réservoirs d'une capacité de chargement allant jusqu'à 2000 m³ et jusqu'à 12 m de diamètre, en règle générale, sont complètement soudés sur le site de production et enroulés. La bobine est ensuite roulée au sous-sol de manière à garantir que le milieu de la bobine est positionné le long de la ligne centrale du sous-sol. Les fonds des grands réservoirs, ayant plus de 12 m de diamètre, ne peuvent pas être entièrement chargés dans le wagon ouvert, qui mesure 13,66 m de long. Ils sont constitués de plusieurs parties, placées les unes sur les autres tout en s'enroulant.

La bobine avec le fond, composée de deux parties, est placée au sous-sol de manière à ce que la première moitié du fond, qui est le couvercle extérieur de la bobine, soit installée dans la position prévue après le déroulage. Dans ce cas, la seconde moitié du fond sera mise sur la première.

Les panneaux, fixant la bobine, sont coupés avec de l'oxygène, après quoi la bobine est dépliée lorsque la boucle du câble est détendue. Dans le cas où la bobine ne se déplierait pas spontanément (sous l'influence de forces élastiques), le déroulement ultérieur se fait à l'aide d'un camion-tracteur ou d'un treuil de halage. Lorsque la bobine est complètement déroulée, le centre du bord circulaire de la moitié inférieure inférieure a une entretoise soudée, destinée à fixer l'extrémité du câble pour déplacer la deuxième partie du bas à sa position de projet avec un camion-tracteur ou treuil de transport. Ensuite, le joint bout à bout des deux moitiés du fond est assemblé pour le soudage. Cela se fait toujours avec un chevauchement. Il est fixé avec des soudures par points du centre du bas vers ses bords, en pressant fermement les deux panneaux l'un contre l'autre.

Installation du fond enroulé du réservoir de stockage

Si le fond est assemblé à partir de trois panneaux de bandes enroulés successivement, la première bobine est dépliée dans sa position de projet, puis elle est chargée sur le traîneau avec les deux autres et elles sont déplacées en quelque sorte par un camion-tracteur, ce qui permet de dérouler la seconde bande de panneau à la position du projet. Après cela, la dernière bobine est à nouveau chargée sur le traîneau et transportée de l'autre côté du sous-sol pour dérouler la troisième.

Les images 7-13 montrent l'ordre des opérations d'assemblage pour le fond enroulé d'un réservoir d'une capacité de chargement de 400 m³.

3.3. Écarts extrêmes de dimensions et de formes du fond installé

Quelle que soit la méthode d'installation du fond, les écarts de sa taille et de sa forme ne doivent pas dépasser les taux suivants:

  • La hauteur maximale autorisée des renflements locaux et des boucles dans la partie centrale du fond est déterminée par la formule: f ≤ 0,1R ≤ 80 mm, où f représente le pointeur maximal - bosses étroites d'un volume ou d'un renflement sur le fond, mm ; R représente le rayon du cercle inscrit à n'importe quelle zone d'un volume ou d'un renflement, mm. Les plis et les plis (nets) ne sont pas autorisés.
  • Écarts locaux par rapport à la forme prévue dans les zones de soudures d'assemblage radiales du cercle des bords (angularité): ± 3 mm (les mesures sont effectuées avec le motif à base de 200 mm).
  • L'élévation des bords dans la zone de connexion avec la partie centrale du fond est déterminée par la formule:
  • fa ≤0.03L pour un diamètre de fond égal à 12-25 m;
  • fa ≤ 0,04L pour un diamètre de fond supérieur à 25 m, où fa - la hauteur d'élévation du bord, mm, L - la largeur du bord, mm.
  • La pointe du profil extérieur du fond:
Réservoir vide: Diamètre du réservoir
  up to 12 m 12-25 m 25-40 m 40 m
La différence dans les marques des points voisins à une distance de 6 m autour du périmètre 10 mm 15 mm 15 mm 20 mm
Différence de notes de tout autre point 20 mm 25 mm 30 mm 40 mm

 

Réservoir rempli d'eau: Diamètre du réservoir
  up to 12 m 12-25 m 25-40 m 40 m
La différence dans les marques des points voisins à une distance de 6 m autour du périmètre 10 mm 15 mm 15 mm 20 mm
Différence de notes de tout autre point 20 mm 25 mm 30 mm 40 mm

3.4. Traitement anticorrosion du fond:

Après un nettoyage en profondeur de la surface inférieure du fond avec des brosses métalliques, une couche d'apprêt fraîche est appliquée - une fine couche d'apprêt (une solution de brai de stéarine dans le benzol ou de bitume dans l'essence).

Une fois l'apprêt sec, le fond est recouvert de deux couches de bitume chaud ajoutées de matériau de remplissage, comme cela se fait au cours de l'isolation des pipelines.

Pour garantir l'application de la couche sur toute la surface du fond, les carrés sont remplacés d'une position à l'autre.

4. Assemblage et soudage d'un réservoir de stockage

4.1. Assemblage de la coque du réservoir par méthode plaque par plaque:

Assemblage de la paroi du réservoir (plaque par plaque)Assemblage de la paroi du réservoir (plaque par plaque)Assemblage de la paroi du réservoir (plaque par plaque)Assemblage de la paroi du réservoir (plaque par plaque)

Cette méthode implique l'assemblage de la coque à partir du 1er anneau avec la mise en place ultérieure des plaques de coque dans leurs positions prévues vers le haut par les anneaux.

Lors de l'utilisation de cette méthode d'assemblage, il est important:

  • Assembler les plaques du 1er anneau compte tenu des écarts extrêmes, stipulés dans le Plan d'Exécution des Travaux;
  • Fixer ensemble les plaques de coque entre elles et avec les plaques de fond à l'aide d'outils d'assemblage;
  • Assembler les joints bout à bout verticaux et horizontaux de la coque avec des espaces prévus pour le soudage.

La résistance au stress du vent est assurée par l'installation de contreventements et de raidisseurs temporaires.

Avant le soudage par pointage, les éléments attachés doivent être fermement pressés les uns contre les autres avec différents outils de poussée. Le repoussage (comme dans le cas des boulons de montage) n'est pas autorisé.

4.2. Installation d'un mur enroulé:

Installation d'un mur enrouléInstallation d'un mur enrouléInstallation d'un mur enrouléInstallation d'un mur enroulé

L'installation d'une coque enroulée se fait en quatre étapes:

  1. soulever la coque enroulée en position verticale;
  2. dérouler le panneau de coque;
  3. mise en forme des zones d'extrémité du panneau de coque;
  4. assemblage du joint bout à bout de la coque.

 

Montage et soudage d'une paroi verticale de cuve

Dans le cas où une grue à flèche de capacité de charge nécessaire est disponible sur le chantier (chenille sur chenilles ou pneumatique), la bobine de la coque est déchargée au fond par cette grue. Dans le cas où la grue ne peut pas être fournie, la bobine est enroulée par un camion-tracteur ou un treuil de transport sur les traverses ou les grumes, fixées par des crampes de construction.

Le mouvement conjoint de la bobine et de la palette au cours du déroulement est assuré par des barres d'angle - restricteurs, qui sont soudés à la palette le long de son profil circulaire de manière à garantir que ces barres d'angle restent à l'intérieur de la bobine après son levage. vers le haut. L'installation de la bobine de la position horizontale à la position verticale se fait par une méthode de rotation, similaire à celle des tours de levage. Un joint rotatif spécial, soudé au fond et fixé à la bobine avec une bande de verrouillage, permet de tourner la bobine et empêche son bord inférieur d'être endommagé. Pour éviter les bosses de la bobine et du bas après le passage du «point mort», il est possible d'attacher une corde de câble de hauban de frein au bord supérieur de la bobine, l'autre extrémité de la ligne de hauban est fixée au treuil tambour ou au camion-tracteur. Le «point mort» est la position où le centre de gravité de la bobine et la ligne médiane du joint rotatif de support correspondent ensemble le long de la ligne verticale. Lorsque la bobine atteint la position près du «point mort», la ligne de hauban est maintenue serrée. Une fois que la bobine a franchi le «point mort», elle est soulevée vers la palette par la ligne de hauban. Il est également possible de soulever la bobine par une grue. La continuité du fond au cours des opérations de la grue est maintenue à l'aide de la disposition du platelage transversal. Cependant, lorsque le poids net d'une bobine est égal à 30 t et que la hauteur est d'environ 12 m, elle nécessitera des grues à grande capacité de charge, qui ne sont pas toujours disponibles sur le chantier.

Montage et soudage d'une paroi verticale de cuveLors de l'enroulement de la bobine par le dessous, la capacité de charge de la grue est toujours supérieure à l'effort, chargé au crochet, qui est la condition de base de la sécurité des opérations de levage. Lors du cordage de la bobine au sommet, la capacité de charge de la grue aux derniers stades devient inférieure à l'effort chargé sur la grue, c'est-à-dire qu'elle entraîne une surcharge et ne doit donc pas être autorisée. La bobine, installée sur la palette, est liée par une boucle de câble et déplacée par un camion-tracteur jusqu'au bord du bas dans une position, en veillant à ce que le bord de fermeture avec l'entretoise de renfort fixe et l'escalier soit placé dans le plan position. Pour cela, le centre du fond est marqué après la soudure, puis le cercle est tracé à partir du centre, dont le rayon est égal au rayon externe de l'anneau inférieur de la coque du réservoir. Les barres d'angle sont soudées uniformément le long du cercle tracé à une distance de 1 m les unes des autres. Ces barres d'angle sont destinées à servir de bras de repos lorsque la bobine est déroulée. Ensuite, les panneaux, empêchant la bobine de se dérouler, sont coupés avec de l'oxygène, en utilisant l'escalier sur l'entretoise de rigidification, les boucles de câble restent serrées. Le haut de l'entretoise est initialement non fixé dans le sens radial avec deux haubans. Alors que la boucle se détend en douceur, la bobine est déroulée avec des forces élastiques qui sont apparues au cours de son enroulement. Le bord extérieur libre de la bobine est fermement pressé contre la butée angulaire et soudé par points au fond.

Avant l'installation du panneau de fermeture, il est nécessaire de retirer l'escalier de la cage qui sert de cadre au dernier serpentin de la coque. Les cornières - restricteurs sont coupés de la palette et elle est retirée. Le bord inférieur de fermeture (libre) de la bobine est temporairement soudé par points au fond, après quoi les joints de soudage, fixant le bord vertical aux montants du cadre de l'escalier, sont coupés. L'escalier libre est tiré par une grue à travers une trappe dans la couverture. L'assemblage bout à bout de la coque est généralement soudé avec chevauchement. Pour ce faire, le bord inférieur de la coque est libéré de la punaise vers le bas, après quoi il est tiré vers le bord de départ de la coque, fermement pressé sur toute la hauteur avec des dispositifs de serrage, puis la planche de fermeture du toit est installé. Ensuite, la couverture (uniquement sphérique) n'est pas centrée, le support temporaire est retiré à travers la couronne, la planche centrale du toit est placée et soudée. Au cours du déroulement de la coque enroulée et des panneaux de couverture, il est nécessaire de vérifier l'écart de la coque par rapport à la marque verticale, qui ne doit pas dépasser 90 mm sur toute sa hauteur.

4.3. Écarts extrêmes de dimensions et de formes du mur installé:

Quelle que soit la méthode de fabrication et d'installation du mur, les écarts de taille et de forme ne doivent pas dépasser les tarifs suivants, stipulés dans le tableau:

Nom du paramètre et notes

Écart limite, mm, si le diamètre du réservoir

 

12 m

12-25 m

25-40 m

40 m

Diamètre intérieur à 300 mm du bas (mesuré en quatre tailles sous un angle 45)

0,005r

0,003r

0,002r

0,0015r

La hauteur du mur:

- jusqu'à 12 mètres, inclus:

- de 12 à 18 m:

- plus de 18 m:

(mesuré en quatre tailles sous un angle 45)

±20

±30

±40

Lacet se formant à une hauteur de chaque zone (N est la distance du bas au point de mesure). La mesure est effectuée au moins une fois tous les 6 m autour du périmètre des murs dans une plage de 50 mm sous les joints horizontaux.

±1/200 h

Écart local par rapport au formulaire de projet. Les mesures sont verticales ou horizontales, faites sur le projet au rayon du mur.

±15

Écarts locaux par rapport aux formes du projet dans les domaines des assemblages soudés (angulaires). Les mesures sont réalisées sur gabarit, réalisées sur le projet au rayon du mur.

Conformément aux exigences du projet

 

5. Installation du toit du réservoir et du ponton

5.1. Installation de toits fixes.

Installation de toits fixes de réservoirs de stockageInstallation de toits fixes de réservoirs de stockageInstallation de toits fixes de réservoirs de stockageInstallation de toits fixes de réservoirs de stockage

Selon le schéma de construction d'un toit fixe, l'une des procédures suivantes est effectuée:

  • Installation de toits à cadre conique et sphérique - avec le support central;
  • Installation par le haut, sans support central: cela s'applique aux toits coniques et sphériques sans cadre et aux toits coniques et sphériques avec des éléments séparés de charpente et de terrasse;
  • Installation depuis l'intérieur du réservoir, sans le support central; ceci est appliqué pour les toits avec des éléments séparés de charpente et de terrasse;
  • Installation de toits sphériques encadrés à l'intérieur du réservoir avec leur levage ultérieur à la position prévue.

Au cours de l'élaboration de la technologie d'installation des toitures, il est essentiel de prendre en compte la charge de montage sur le toit dans son ensemble et sur ses éléments de construction. Il peut être nécessaire d'installer des poutres de contreventement temporaires, des traverses et d'autres dispositifs, destinés à empêcher la déformation.

Les marques de hauteur du panneau central et du support de montage sur les réservoirs avec toit sphérique encadré doivent être déterminées en tenant compte de la hauteur et de la cambrure prévues, stipulées par le projet de conception.

Les écarts extrêmes de la taille et de la forme du toit installé ne doivent pas dépasser les taux suivants, stipulés dans le tableau:

Nom du paramètre et notes Écart limite, mm, si le diamètre du réservoir
  12 m 12-25 m 25-40 m 40 m
La marque du haut des toits coniques et sphériques (les mesures sont effectuées à travers le tuyau de dérivation central) ±30 ±50

La différence entre les marques de nœuds adjacents en haut des radiales et des poutres:
- dans la zone d'interface avec le shell:
- dans la zone d'interface avec le bouclier central:
- dans le domaine de l'assemblage des poutres radiales des toitures sphériques:

20
10
15
Écart par rapport au rayon de conception des toits sphériques. Jeu entre le gabarit et la surface courbe (les mesures sont effectuées sur chaque poutre radiale et poutre). 5,0

 5.2. Installation de toits flottants et de pontons

Un ponton ou un toit flottant est installé au fond du réservoir après avoir été assemblé et contrôlé pour être étanche.

Les écarts extrêmes de la taille et de la forme du toit installé ne doivent pas dépasser les taux suivants, stipulés dans le tableau:

Nom du paramètre et notes Écart limite, mm, si le diamètre du réservoir
  12 m 12-25 m 25-40 m 40 m

Marquez le bord supérieur de la feuille d'anneau extérieure (planche):
- la différence entre les marques des pixels voisins à une distance de 6m sur le périmètre:
- la différence entre les notes des autres points:

30
40
Écart de la feuille d'anneau extérieure par rapport à la hauteur verticale de la feuille (les mesures sont effectuées au moins tous les 6 m sur tout le périmètre) ±10  
Guides de déviation de la verticale à toute la hauteur des guides N, mm, dans les directions radiale et tangentielle 1/1000 N
   
L'écart entre le bord supérieur de la feuille d'anneau extérieure et la paroi du navire (dimension passer tous les 6 m sur le périmètre. Position - ponton en bas) 10  
L'écart entre l'envoi et le tuyau dans un ponton ou un toit flottant en caisson (position - ponton en bas) 15
Déviation des supports par rapport à la verticale lorsqu'ils reposent sur un ponton ou un toit flottant 30

Installation du toit du réservoir et du ponton

6. Installation de plaques d'égout et de raccords de tuyauterie

Installation de plaques de trou d'homme et de raccords de tuyauterie

Tout en marquant les positions prévues pour l'installation des plaques de trou d'homme et le montage des tuyaux dans la coque du réservoir, il est essentiel de respecter les exigences relatives aux distances autorisées entre les joints de soudage.

La distance entre le bord extérieur des plaques de renforcement et la ligne centrale des joints bout à bout horizontaux de la coque ne doit pas être inférieure à 100 mm. La distance par rapport à la ligne centrale des joints verticaux du mur ou entre les bords extérieurs des deux plaques de renforcement voisines des tuyaux de raccordement ne doit pas être inférieure à 250 mm.

Il est permis de recouvrir le joint horizontal du mur avec une feuille de renfort du tuyau de raccord de distribution d'admission ou la plaque de passage d'accès sur la zone d'au moins 150 mm du profil de la plaque de renfort. La partie couverte de l'articulation doit être contrôlée par une méthode radiographique.

Lors de l'installation des tuyaux de montage et des plaques de trou d'homme sur le réservoir, leur position sur le mur et le toit doit être contrôlée conformément au tableau:

nom du paramètre écarts limites
  trappes buses
Marquez la hauteur de l'installation ±10 mm ±6 mm
La distance entre la surface extérieure de la bride et la paroi du récipient ±10 mm ±5 mm
Tourner les axes principaux de la bride dans le plan vertical ±5° ±5°

 

7. Contrôle qualité et tests

7.1. Méthodes de contrôle qualité des joints de soudure en cours de montage

Contrôle qualité des joints de soudureContrôle qualité des joints de soudureContrôle qualité des joints de soudureContrôle qualité des joints de soudure

Le contrôle de la qualité des joints de soudure au cours de la construction du réservoir devrait impliquer:

  • L’utilisation de méthodes de soudage, de méthodes et d’étendue de contrôle des joints de soudage, applicables au niveau d’importance du réservoir;
  • L'utilisation de procédures et de matériaux de soudage technologiques efficaces conformément aux stipulations du plan des charpentes métalliques et du plan d'exécution des travaux;
  • Effectuer la supervision de la conception technique et de la construction.

Le tableau contient des informations sur les méthodes de contrôle qualité des joints de soudure, applicables en fonction de l'élément contrôlé du réservoir:

Zone de contrôle méthodes de contrôle
visuel et mesure vide radio ultrasonique capillaire (couleur) surpression
FOND
Joints de fond + + - - - -
Joints du fond à une distance de 250 mm du bord extérieur + + + - - -
PAROI
Joints verticaux des 1ère et 2ème zones + - + - -
Joints verticaux des zones restantes + - + - -
Joints horizontaux + - + - -
Réticule de joints verticaux et horizontaux + - + - - -
Raccordement du tuyau au mur + + - + - -
Joint entre un collier d'un tuyau de dérivation (trappe) et 1 m d'une ceinture de mur + - - - + +
Joint entre un col d'un tuyau de dérivation (trappe) et un mur (sauf pour la 1ère ceinture) + - - - - +
Articulations radiales des anneaux raidisseurs + - - - - +
Taches d'enlèvement des dispositifs d'assemblage, joints soudés des éléments de structure après leur traitement thermique + - - - + -
Joint du bas au mur + + - - -
TOIT
Joints radiaux de l'anneau de support + - - + - -
Joints de toiture, boucliers de toiture + + - - - +
Tuyau de dérivation aux joints de toit + + - - - -
TOIT FLOTTANT
Joints de boîtes (compartiments) et bouchons de supports + - - - - +
Joints de la partie centrale + + - - - -
Branchement des tuyaux aux joints de toit + + - - - -
1 permis l'utilisation de tests ultrasoniques
2 permis l'utilisation de la radiographie
3 contrôle de la panne «craie-kérosène» retient le joint de soudure du côté intérieur

L'étendue du contrôle physique des joints de soudure (en pourcentage par rapport à la longueur du joint) de la coque du réservoir, en fonction de la classe de danger du réservoir, doit correspondre aux exigences du tableau:

VOLUMES du CONTRÔLE PHYSIQUE des JOINTS SOUDÉS du MUR DU RÉSERVOIR, en% de la longueur de la couture
Zone de contrôle classe de danger
  IV III II I
    1 000 – 10000m³  10000 –20000m³     
connexions verticales soudées:
dans les zones 1-2 20% 25% 50% 100% 100%
dans les zones 3-4 5% 10% 25% 50% 100%
dans les zones 5-6 2% 5% 10% 25% 50%
les zones au-dessus du 6-ème - - 5% 10% 25%
horizontal welds:
dans les zones 1-2 3% 5% 10% 15% 20%
dans les zones 3-4 1% 2% 5% 5% 10%
dans les zones 5-6 - - 2% 2% 5%
dans d'autres zones - - - 2% 2%

Lors du choix des zones de contrôle, il convient de prêter une attention particulière aux zones de croisement des articulations.

Assemblages bout à bout des réservoirs installés avec méthode enroulée avec une capacité de charge de 1000 m³ et plus doivent être contrôlés sur toute la longueur des joints.

Les résultats des tests et du contrôle qualité des joints de soudure sont fixés dans des certificats et actes et représentent les compléments indispensables aux documents de la cuve.

7.2. Essais finaux après la construction du réservoir de stockage d'huile

L'étape finale de l'essai du réservoir est l'essai de pression hydraulique, destiné à vérifier l'étanchéité des connexions et la durabilité de la construction dans son ensemble.

Les réservoirs à toit fixe sans ponton sont en outre soumis à une pression supplémentaire et à une pression relative de l'intérieur.

Le tableau ci-dessous précise les essais à effectuer pour les réservoirs de différents types (1 - réservoirs à toit fixe sans ponton, 2 - réservoirs à toit fixe et ponton, 3 - réservoirs à toit flottant).

type de test 1 2 3
1 Test étanche + + +
2 Essai de résistance du corps du réservoir sous charge hydrostatique + + +
3 Essai d'étanchéité à la pression atmosphérique d'un toit fixe + - -
4 Testez la stabilité du corps du réservoir en créant une raréfaction relativement à l'intérieur du réservoir + - -
5 Essai de flottabilité du toit flottant - + +
6 Test de performance des échelles roulantes - - +
7 Test de la stabilité de la base du réservoir avec la détermination du tirant d'eau absolu et inégal le long du contour du fond, roulis du profil du réservoir de la partie centrale du fond + + +

Les tests de pression hydraulique des réservoirs à toit flottant ou à ponton sont effectués avant la pose des joints de jante.

Les tests d'un réservoir de tout type sont effectués sur la base du programme de test, inclus dans le projet de conception de la charpente métallique et le plan d'exécution des travaux.

Le programme de tests doit comprendre:

  • Étapes des tests, précisant le niveau de chargement / déchargement de l'eau et le temps de durcissement;
  • Taux de pression excessive et de pression relative relative, test du temps de durcissement;
  • Schéma d'inspection visuelle;
  • Exigences pour mesurer les paramètres géométriques nécessaires des éléments de construction du réservoir et de sa fondation;
  • Test du traitement des résultats, vérification des calculs (si nécessaire), rapport final sur l'utilisabilité et le régime de fonctionnement du réservoir.

7.2.1. Essais de pression hydraulique d'un réservoir

Au cours de l'essai de pression hydraulique, le réservoir est progressivement rempli d'eau jusqu'au niveau prévu. Le chargement est effectué par étapes avec certains intervalles de temps, destinés à surveiller son tassement et l'état des joints de soudure, et à effectuer d'autres mesures et inspections, prévues par le programme d'essais.

Si une fuite sous le bord du fond ou dans le premier anneau de la coque est révélée au cours des tests, l'eau est complètement évacuée (retirée). Si des fissures sont révélées dans les coutures de la coque, l'eau est évacuée au niveau inférieur au défaut découvert. Si le défaut apparaît dans le 2ème-6ème anneau, l'eau est retirée au niveau un anneau abaisser le défaut. Si le défaut apparaît dans le 7e anneau et plus - l'eau est évacuée vers le 5e anneau. Une fois les défauts éliminés, le test continue.

Les réservoirs de stockage de matières liquides dont la masse volumique est supérieure à celle de l'eau, ainsi que les réservoirs installés sur des sites sans eau disponible, peuvent être testés avec le produit lui-même. Avant de tels tests, tous les joints de soudure de la coque, du fond, du toit et des plaques / tuyaux de raccordement, ainsi que les connexions de la coque avec le toit et le fond doivent être testés pour l'étanchéité.

Le réservoir rempli au niveau prévu doit être maintenu en charge dans les délais suivants:

  • Réservoir vertical en acier V≤10000 m³ - 24 heures;
  • Réservoir vertical en acier V = 10000-20000 m³ - 48 heures;
  • Réservoir vertical en acier V≥20000 m³ - 72 heures.

Le réservoir est considéré comme ayant réussi le test si aucune fuite n'apparaît à sa surface ou sur les bords du fond pendant la période de test, si le niveau de produit de test ne diminue pas, si le tassement (naufrage) de la fondation et du sous-sol devient stable .

Il est recommandé d'effectuer l'essai de pression hydraulique à un niveau de température d'au moins +5 ° С. Si le test est effectué en période hivernale, l'eau doit être chauffée ou sa circulation permanente doit être assurée de manière à empêcher son gel dans les tuyaux et les robinets-vannes et à empêcher le givrage du réservoir.

7.2.2. Test de pression / sous pression pour le corps et le toit du réservoir:

Le toit fixe d'un réservoir sans ponton est testé pour une pression excessive avec le réservoir rempli jusqu'au niveau, qui est 10% plus bas que le niveau prévu, avec maintien de la charge pendant 30 minutes. La pression est fournie par l'écoulement de l'eau avec toutes les plaques de trou d'homme de toit bien fermées. Au cours des tests, une inspection visuelle complète des joints de soudure du toit fixe est effectuée.

La stabilité du corps du réservoir est vérifiée par une pression relative à l'intérieur du réservoir, remplie d'eau au niveau de 1,5 m, gardant le réservoir sous la charge dans les 30 min. La sous-pression relative est fournie par la décharge du produit liquide avec toutes les plaques de trou d'homme bien fermées. Si aucun signe d'instabilité n'est révélé (pas de mise en conserve, pas de boucles), les coques et les toits sont considérés comme satisfaisant au test de pression relative.

La pression excessive est appliquée à un taux de 25% supérieur au niveau prévu, la pression relative relative - 50% supérieure au niveau prévu, si les documents de conception ne contiennent pas d'autres exigences.

Une fois le test d'acceptation terminé, il n'est pas autorisé de souder des éléments de construction au réservoir. Il est possible d'effectuer des procédures de prévention de la corrosion, d'isolation thermique et d'installation d'équipements, stipulées dans les documents de conception.

Une fois les essais de pression hydraulique effectués, l'état technique réel de la charpente métallique, du sous-sol et des fondations du réservoir doit être évalué.

7.2.3. Les exigences de base pour l'organisation et la réalisation des tests:

Les tests finaux d'un réservoir pour la durabilité, la stabilité et l'étanchéité sont effectués après que toutes les procédures de soudage et d'assemblage sont terminées, la qualité de tous les éléments de construction, y compris les cordons de soudure, est vérifiée et acceptée par l'organisme de supervision technique.

Tous les tests sont effectués conformément au tableau technologique, inclus dans le plan d'exécution des travaux. Le tableau technologique doit comprendre:

  • L'ordre et le régime de l'essai de pression hydraulique;
  • L'ordre et le régime des tests de pression et de vide excessifs;
  • Disposition de canalisations temporaires pour le chargement et le déchargement de l'eau avec installation de soupapes de sécurité et d'arrêt;
  • Panneau de configuration;
  • Exigences de sécurité du travail au cours des tests.

Une canalisation temporaire pour le chargement et le déchargement de l'eau doit être aménagée à l'extérieur de la zone de remblai. Le schéma d'évacuation de l'eau est élaboré pour chaque cas particulier. Au cours des tests, l'eau est souvent pompée d'un réservoir à l'autre et du dernier au réservoir de lutte contre l'incendie d'un plan d'eau temporaire.

 

Le diamètre de la canalisation pour le chargement et le déchargement de l'eau doit correspondre au niveau estimé de l'efficacité des opérations de chargement-déchargement.

 

Outre le schéma de fonctionnement de l'écoulement et du rejet de l'eau, un schéma de déchargement d'urgence doit être prévu en cas de fissures sur le corps du réservoir. À des fins d'urgence, il est recommandé d'utiliser l'un des tuyaux de raccordement d'admission-distribution et le tuyau technologique avec une vanne en dehors de la zone de remblai.

 

Il est essentiel de fixer et de marquer spécialement avec des panneaux de prévention et de sécurité les limites de la zone de danger pour la période d'essai. Si un remblai ou une coque de protection est disposé autour du réservoir, ils sont considérés comme la limite de la zone de danger. Dans le cas où le réservoir est installé sans remblai, les limites de la zone de danger sont déterminées par le rayon, tiré du centre du réservoir pour la distance égale à deux diamètres du réservoir.

 

Les essais sont effectués par l'organisme d'assemblage accompagné de représentants du service de supervision technique et du superviseur de la conception de la construction. Une fois les tests terminés, les spécialistes de l'installation et le client passant la commande signent un certificat (un acte), indiquant la fin de l'installation des charpentes métalliques et l'acceptation du réservoir pour d'autres procédures de prévention de la corrosion, l'installation d'équipements et d'autres travaux.

Contrôle qualité des joints de soudureLe contrôle de la qualité des joints de soudure au cours de la construction du réservoir devrait impliquer:
L’utilisation de méthodes de soudage, de méthodes et d’étendue de contrôle des joints de soudage, applicables au niveau d’importance du réservoir;L'utilisation de procédures et de matériaux de soudage technologiques efficaces conformément aux stipulations du plan des charpentes métalliques et du plan d'exécution des travaux;Effectuer la supervision de la conception technique et de la construction.

Construction de réservoirs de stockage
Ordonner